Partenaires

CNRS
Logo Paris 1 Logo Paris 4

Rechercher

sur ce site

sur web cnrs

Nos coordonnées

à partir du 20 mars 2017

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

UMR SIRICE

Bureau F 628

17 rue de la Sorbonne

75231 Paris cedex 05

mail : sirice@univ-paris1.fr


Accueil du site ::  Ressources ::  Archives Traces de guerre :: 

Archives Traces de guerre


Année 2016-2017




Séminaire Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques
Séminaire d’enseignement et de recherche
Programme 2016-2017
Le mercredi de 17h30 à 19h30, salle F 603 (université Paris 1 - Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage)
Responsables :
Corine Defrance
François-Xavier Nérard
Fabrice Virgili
Eva Weil

Coordination : Virginie Durand

Depuis plusieurs années, notre séminaire interroge les « traces » des guerres du XXe siècle, mais aussi d’autres formes de conflits telles les révolutions, les répressions ou encore les génocides et grands massacres de masse. Ces traces, nous les envisageons sous les formes les plus variées : traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la fiction ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Penser les marques des conflits nous conduit également à réfléchir aux voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour y mettre fin et parfois assurer le rapprochement voire la réconciliation entre populations ou entre nations (procès, réparations, travail sur le passé, commémorations...). Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? Pour répondre à ces questions, ce séminaire est non seulement interdisciplinaire mais convie d’autres « praticiens » de l’Histoire : juristes, artistes, réalisateurs, psychanalystes, archivistes ou conservateurs… Il vise également à mettre les étudiants en situation, d’une part en encourageant le débat avec nos intervenants, d’autre part en examinant sur le terrain certaines des traces matérielles de ces conflits.

En partenariat avec le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane

Programme des séances du séminaire
14 septembre 2016
Présentation du séminaire et des approches conceptuelles mobilisées (traces de guerre, traumatisme, mémoires, réconciliation, réparation, genre…)
Horaire : 17h30 - 19h30

21 septembre 2016
Fabrice Virgili
⇒ Traces de la Libération de Paris dans le Quartier latin
Horaire : 17h30 - 19h30

5 octobre 2016
Tatiana Kuzina
⇒ Objet et modèle archéologique dans la création sur la Shoah
Horaire : 17h30 - 19h30

12 octobre 2016
Annette Wieviorka
⇒ La « mission Mattéoli » : mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France pendant l’occupation
Horaire : 17h30 - 19h30

19 octobre 2016
Michael Lucken
⇒ Nankin, Singapour, Manille : trois massacres, trois mémoires
Horaire : 17h30 - 19h30

9 novembre 2016
Vanessa Voisin
⇒ Vers une histoire connectée des procès de criminels de guerre et criminels contre l’humanité en Europe centrale et orientale, 1943-1991
Horaire : 17h30 - 19h30

16 novembre 2016
Cécile Allegra
⇒ Trafic d’êtres humains et camps de torture dans la corne de l’Afrique
Horaire : 17h30 - 19h30

23 novembre 2016
Jean-Clément Martin
⇒ Que faire des squelettes de la bataille du Mans, décembre 1793 ?
Horaire : 17h30 - 19h30

30 novembre 2016
Marie-France Collard et Jacques Delcuvellerie
⇒ Le Groupov : Rwanda 94 : une tentative de réparation symbolique envers les morts à l’usage des vivants
Horaire : 17h30 - 19h30

7 décembre 2016
Anna Colin-Lebedev
⇒Être et redevenir ancien combattant. Les vétérans d’Afghanistan en Ukraine, d’un conflit armé à un autre
Horaire : 17h30 - 19h30

14 décembre 2016
Brian Schiff
⇒ Le Centre d’étude des génocides, des droits humains et de prévention des conflits (Université américaine de Paris)
Horaire : 17h30 - 19h30

18 janvier 2017
Andrea Erkenbrecher
⇒ Oradour-sur-Glane : justice – mémoire – réconciliation
Horaire : 17h30 - 19h30

25 janvier 2017
Séminaire Traces de guerre et de conflits : lieux et pratiques
Mercredi 25 janvier 17:30-19:30 Attention, changement de salle pour cette séance : Maison de la Recherche (28 rue Serpente, Paris 6e, métro Odéon ou Saint-Michel), salle D035
Pierre-Emmanuel Dauzat, traducteur
Séance commune avec le séminaire de Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lévy et Antoine Marès « Littératures et musiques dans les relations internationales : identités, transferts culturels et réception à l’époque contemporaine »
Horaire : 17h30 - 19h30

1er février 2017
Séance supplémentaire de remise des travaux corrigés et de bilan
Horaire : 17h30 - 19h30

Année 2015-2016


Le mercredi de 17h30 à 19h30, salle F 603 (université Paris 1 - Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage)

Responsables :

Corine Defrance François-Xavier Nérard Fabrice Virgili Eva Weil Annette Wieviorka


Coordination : Virginie Durand


Depuis plusieurs années, notre séminaire interroge les « traces » des guerres du XXe siècle, mais aussi d’autres formes de conflits telles les révolutions, les répressions ou encore les génocides et grands massacres de masse. Ces traces, nous les envisageons sous les formes les plus variées : traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la fiction ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Penser les marques des conflits nous conduit également à réfléchir aux voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour y mettre fin et parfois assurer le rapprochement voire la réconciliation entre populations ou entre nations (procès, réparations, travail sur le passé, commémorations...). Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? Pour répondre à ces questions, ce séminaire est non seulement interdisciplinaire mais convie d’autres « praticiens » de l’Histoire : juristes, artistes, réalisateurs, psychanalystes, archivistes ou conservateurs… Il vise également à mettre les étudiants en situation, d’une part en encourageant le débat avec nos intervenants, d’autre part en examinant sur le terrain certaines des traces matérielles de ces conflits.


Programme des séances du séminaire

16 septembre 2015
Séance de présentation du séminaire et des approches conceptuelles mobilisées (traces de guerre, traumatisme, mémoires, réconciliation, réparation, genre…)

23 septembre 2015
Séance avec Christian Hottin, conservateur en chef du patrimoine et Fabrice Virgili
⇒ Traces de guerre en Sorbonne, les lieux

30 septembre 2015
Séance inaugurale avec Benoît Vitkine, journaliste au Monde

14 octobre 2015
Séance avec Annette Wieviorka et Cédric Gruat
⇒ Livre 1945. La découverte, Paris, Seuil, 2015 ; documentaires 1945. L’ouverture des camps en Allemagne, 2012 et 1945. Le temps du retour, 53 mn, Arte, 2015

21 octobre 2015
Séance avec Aline Angoustures, directrice de la mission histoire & archives de l’OFPRA

18 novembre 2015
Séance avec Eva Weil
⇒ Le travail des psychanalystes allemands

25 novembre 2015
Séance avec Clémentine Vidal-Naquet
Les traces de l’intime dans la Grande Guerre

3 décembre 2015
Séance commune avec le séminaire de Anaïs Fléchet, Robert Frank, Marie-Françoise Lévy et Antoine Marès « Littératures et musiques dans les relations internationales : identités, transferts culturels et réception à l’époque contemporaine » autour du documentaire La femme aux cinq éléphants/Die Frau mit den 5 Elefanten de Vadim Jendreyko ; Présentation et débat animés par Corine Defrance, Marie-Françoise Lévy et François-Xavier Nérard

9 décembre 2015
Séance avec Hélène Mouchard-Zay
⇒ Construire un lieu pour l’histoire et mémoire des camps d’internement du Loiret : le CERCIL

20 janvier 2016
Séance élargie avec les universités de Caen (François Rouquet) et de Rouen (Raphaëlle Branche) : visite d’une carrière souterraine (Saingt à Fleury-sur-Orne) ayant servi de refuge aux civils durant la bataille de Normandie, avec Cyril Marcigny, archéologue Inrap et Jean Quellien

27 janvier 2016
Séance avec François Guillemot
⇒ Les Jeunesses de choc entre marges et traces de la guerre au Viêt-Nam

3 février 2016
Séance avec Corine Defrance
⇒ Processus de réconciliation : l’Allemagne et ses voisins après 1945

10 février 2016
Séance élargie à Paris avec les universités de Caen (François Rouquet) et de Rouen (Raphaëlle Branche) : pont Saint-Michel, Mémorial de la déportation, Mémorial de la Shoah

Année 2014-2015


Traces de guerre et médiations après les conflits : acteurs, lieux et récits. XXe et XXIe siècles

Séminaire d’enseignement et de recherche

Le jeudi de 18h à 20h, salle E 628 (université Paris 1 - 14 rue Cujas 75005 Paris - rez-de-chaussée)

Responsables :

Anne Couderc
Corine Defrance
François-Xavier Nérard
Fabrice Virgili
Eva Weil
Annette Wieviorka


Coordination : Virginie Durand

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre des populations ou entre des nations (procès ; réparations ; « repentances »...). 
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors des journées d’étude sur le massacre de Nankin (14 décembre 2007) et sur le futur du site d’Auschwitz (11 mai 2010) et le voyage à Berlin (juin 2009).

Il est interdisciplinaire (histoire, mais aussi anthropologie, psychanalyse, droit, littérature, cinéma, etc.) ; il ambitionne la comparaison internationale. Trois notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie. Celle de réconciliation, enfin, avec ses connotations religieuses et morales, qui renvoie moins à un état qu’à l’ensemble du processus politique et sociétal de rapprochement.

25 septembre 2014 avec Jean Hatzfeld
9 octobre 2014, séance de présentation
mercredi 5 novembre 2014, journée au Mémorial de Caen
20 novembre 2014, avec Hélène Dumas
11 décembre 2014, avec Kurt Hochstuhl et Christina Koulouri
22 janvier 2015, avec Richard Rechtman
5 février 2015, avec Magali Bessone
mercredi 11 mars 2015, le Père Lachaise, cimetière de guerre
19 mars 2015, avec Mischa Gabowitsch
9 avril 2015, avec Hélène Guillot
16 avril 2015, avec Pierre Singaravélou
7 mai 2015, avec Maître Sophie Thonon-Wesfreid
21 mai 2015, séance de bilan


Année 2013-2014


Traces de guerre et médiations après les conflits : acteurs, lieux et récits. XXe et XXIe siècles

Séminaire d’enseignement et de recherche


Le jeudi de 17h30 à 19h30 (vérifier date et salle dans le programme ci-dessous)

Responsables :


Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre des populations ou entre des nations (procès ; réparations ; « repentances »...). 
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors des journées d’étude sur le massacre de Nankin (14 décembre 2007) et sur le futur du site d’Auschwitz (11 mai 2010) et le voyage à Berlin (juin 2009).

Il est interdisciplinaire (histoire, mais aussi anthropologie, psychanalyse, droit, littérature, cinéma, etc.) ; il ambitionne la comparaison internationale. Trois notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie. Celle de réconciliation, enfin, avec ses connotations religieuses et morales, qui renvoie moins à un état qu’à l’ensemble du processus politique et sociétal de rapprochement.

19 septembre 2013 - Sorbonne - salle F609
26 septembre 2013 - Sorbonne - salle F610
10 octobre 2013 - Sorbonne - salle F610
24 octobre 2013 - Sorbonne - salle F610
14 novembre 2013 - Sorbonne - salle F610
28 novembre 2013 - Sorbonne - salle F610
19 décembre 2013 - Sorbonne - salle F610
30 janvier 2014 - centre Michelet - salle 106
6 février 2014 - centre Michelet - salle 106
6 mars 2014 - centre Michelet - salle 106
20 mars 2014 - centre Michelet - salle 106
27 mars 2014 - centre Michelet - salle 106
3 avril 2014 - centre Michelet - salle 106
10 avril 2014 - centre Michelet - salle 106
15 mai 2014 - centre Michelet - salle 106
22 mai 2014 - centre Michelet - salle 106

— -

Année 2012-2013

Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation

Séminaire d’enseignement et de recherche

Programme 2012-2013

Le mercredi de 17h30 à 19h30

Responsables : Corine Defrance (corine.defrance@wanadoo.fr), Maryvonne Le Puloch (lepuloch@univ-paris1.fr), Fabrice Virgili (virgili@univ-paris1.fr), Annette Wieviorka (annette.wieviorka@wanadoo.fr) et Eva Weil (psychanalyste, evaweil@gmail.com).

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603.

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...). 
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors des journées d’étude sur le massacre de Nankin et sur le futur du site d’Auschwitz (11 mai 2010) et le voyage à Berlin (juin 2009).

Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Trois notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie. Celle de réconciliation, avec ses connotations religieuses et morales, qui renvoie moins à un état qu’à l’ensemble du processus politique et sociétal de rapprochement.

Programme des séances du séminaire

  • 19 septembre 2012
    Corine Defrance, Fabrice Virgili, Eva Weil et Annette Wieviorka
    Présentation du séminaire
  • 26 septembre 2012 Joseph Zimet
    La mission de commémoration du centenaire de la guerre de 14-18
  • 10 octobre 2012 Esther Mujawayo
    Les survivantes, Rwanda, 10 ans après
  • 24 octobre 2012 Yannick Ripa
    Traces des guerres mondiales en images dans les rapports de sexe (France)
  • 7 novembre 2012 Marie-Pierre Rey
    La campagne de Russie, les faits et la mémoire, approche croisée
  • 16 novembre 2012 Attention séance spéciale (vendredi)
    Séance exceptionnelle : Raoul Wallenberg (1912-2012, un Juste parmi les Nations
    Lieu : Institut suédois, 11 Rue Payenne, 75003 Paris
  • 5 décembre 2012 Bénédicte Chéron
    La figure du militaire dans le cinéma de la guerre d’Algérie : appelés, engagés, victimes et bourreaux
  • 9 janvier 2013 Première séance étudiant : présentation de leurs travaux par les étudiants
  • 23 janvier 2013 Tal Bruttmann
    BD et Shoah
  • 6 février 2013 Hélène et Daniel Oppenheim, psychanalystes
    Les petits enfants des Juifs venus de Pologne en France, en Israël et en Pologne Jean Charles Szurek
    La nouvelle école polonaise sur la Shoah
  • 20 février 2013 Claire Zalc, Nicolas Mariot et Ivan Jablonka
    Nouvelles approches, nouvelles histoires de la déportation des Juifs de France
  • 20 mars 2013 Fabrice Virgili
    Des lieux japonais de la Seconde Guerre mondiale (Yakusuni, Women’s Active Museum on War and Peace, Hiroshima Peace Memorial) - 27 mars 2013 Benedicte Savoy
    Une exposition impossible ? Napoléon à Bonn 2010/2011
  • 3 avril 2013 Violaine Baraduc
    Le témoignage comme trace. Provoquer et recueillir la parole de femmes génocidaires au Rwanda.
  • 17 avril 2013 Attention séance spéciale à 14h. Le séminaire aura lieu sur place avec visite de Drancy
    Michel Laffitte, Annette Wieviorka, un responsable du mémorial, un responsable de la municipalité.
    Le camp de Drancy : histoire et mémoire
  • 24 avril 2013 Seconde séance étudiants et bilan

— -


Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation

Séminaire d’enseignement et de recherche
Programme 2011-2012

Le mercredi de 17h30 à 19h30

Responsables : Corine Defrance (corine.defrance@wanadoo.fr), Maryvonne Le Puloch (lepuloch@univ-paris1.fr), Fabrice Virgili (virgili@univ-paris1.fr), Annette Wieviorka (annette.wieviorka@wanadoo.fr) et Eva Weil (psychanalyste, evaweil@gmail.com).

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603.

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...). 
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors des journées d’étude sur le massacre de Nankin et sur le futur du site d’Auschwitz (11 mai 2010) et le voyage à Berlin (juin 2009).
Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Trois notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux ; traces envisagées aussi du point de vue du genre. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie. Celle de réconciliation, avec ses connotations religieuses et morales, qui renvoie moins à un état qu’à l’ensemble du processus politique et sociétal de rapprochement.
Le séminaire 2011-2012, dont le programme sera mis en ligne en septembre 2011, prévoit notamment un voyage d’étude à Nuremberg. Il comportera, entre autres, une réflexion sur les procès et sur la fabrication des mémoriaux (analyse des différents acteurs transnationaux, questions d’architecture et de scénographie...).

28 septembre 2011
Corine Defrance, Fabrice Virgili, Eva Weil et Annette Wieviorka
Présentation du séminaire

5 octobre 2011
Annette Wieviorka (UMR IRICE)
La place du témoin aux procès de Nuremberg et de Jérusalem

12 octobre 2011
Eva Weil (psychanalyste)
Freud et la guerre (La théorie du traumatisme et ses évolutions contemporaines)

26 octobre 2011
Catherine Coquio (université Paris 8)
Témoignage et littérature

9 novembre 2011
Régis Schlagdenhauffen (Institut Émilie du Chatelet-UMR IRICE)
Eugène Wilhelm et la Grande guerre

23 novembre 2011
Élise Pestre (université Paris 7)
La vie psychique des réfugiés

7 décembre 2011
Présentation par les étudiants de leurs travaux sur les sites mémoriels (1er semestre)

18 janvier 2011 Séance spéciale à partir de 14h (lieu à préciser)
Memory of Justice (1976) de Marcel Ophüls

1er février 2012
Fabrice Virgili (UMR IRICE)
Les procès des criminels de guerre japonais à Saïgon (1946-1951)

15 février 2012
Dominique Bourel (CNRS)
Nuremberg dans la mémoire allemande

7 mars 2012
Antonin Tisseron
La France et le procès de Nuremberg

21 mars 2012
Présentation par les étudiants de leurs travaux sur les sites mémoriels (2e semestre)

4 avril 2012
Ania Szczepanska (Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Andrej Wajda et sa trilogie guerrière  : « Génération » (1954), « Kanal »(1956) et « Cendres et diamant » (1958)

11 avril 2012
Matthias Steinle (université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
« Le triomphe de la volonté ». Les images de Leni Riefenstahl dans la mémoire cinématographique

24 au 26 mai 2012
Voyage d’étude et de recherche à Nuremberg

30 mai 2012
Bilan et comptes rendus du voyage à Nuremberg


Consulter directement le compte rendu du voyage d’étude à Nuremberg en mai 2012, en fichier PDF


Année 2010-2011

Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation
Séminaire d’enseignement et de recherche

Programme 2010-2011

Le mercredi de 17h30 à 19h30

Responsables : Corine Defrance (corine.defrance@wanadoo.fr), Maryvonne Le Puloch (lepuloch@univ-paris1.fr), Fabrice Virgili (virgili@univ-paris1.fr), Annette Wieviorka (annette.wieviorka@wanadoo.fr) et Eva Weil (psychanalyste, evaweil@gmail.com).

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...). Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors de la journée d’étude sur le massacre de Nankin. Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Deux notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature, ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre ». Celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie.

  • 13 octobre 2010
    Corine Defrance, Fabrice Virgili, Annette Wieviorka et Eva Weil
    Explorer les traces de guerre : regards croisés
  • 20 octobre 2010
    Antoine Mares (Paris I)
    Les lieux de mémoire d’Europe centrale
  • 17 novembre 2010
    Élise Julien (IEP de Lille)
    Mémoire de la Grande Guerre à Paris et à Berlin
  • 1er décembre 2010
    Kendal Nezan (directeur Institut kurde de Paris)
    Les conflits irako kurdes
  • 15 décembre 2010
    Christophe Gargot (réalisateur)
    Au sujet de son film « D’Arusha à Arusha » sur le Tribunal pénal international pour le Rwanda.
  • 5 janvier 2011
    Tal Bruttmann (chargé de recherche pour la ville de Grenoble)
    Le site mémoriel d’Auschwitz
  • 12 janvier 2011
    Sophie Wahnich (EHESS-CNRS LAIOS/IIAC )
    Patrimoine négatif
  • 9 février 2011
    Janine Puget (directrice du magistère de psychanalyse à l’université IUSAN, Buenos Aires)
    Violence sociale et subjectivité
  • 16 février 2011
    Stephanie Schwerter (MSH-EHESS)
    Les villes en conflit dans la littérature : Berlin, Belfast, Beyrouth
  • 23 mars 2011
    Isabelle Delpla (CNRS UMR 5206-Triangle)
    Témoins du non-être : les témoins de la défense au TPIY
  • 6 avril 2011
    Amandine Regamey (Paris I / CERCEC)
    L’image de l’ennemi : les Tchétchènes à la télévision russe
  • 27 avril 2011
    Esther Shalev Gerz (artiste plasticienne, Professeure à l’Université de Goteborg)
    Plastique et mémoire Titre à préciser
  • 4 mai 2011
    Laurent Broche
    Polar et événement Titre à préciser
  • 11 mai 2011 Séance étudiants
  • 18 mai 2011
    Bilan du séminaire

Consulter le compte rendu du voyage d’étude à Auschwitz en mai 2011


Année 2009-2010

Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation
Séminaire d’enseignement et de recherche

Programme 2009-2010

Horaires : le jeudi de 17h30 à 19h30

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603

Responsables : Corine Defrance, Robert Frank, Maryvonne Le Puloch, Hugues Tertrais, Fabrice Virgili, Annette Wieviorka et Eva Weil (psychanalyste).

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ? Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...). Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée en 2007, notamment lors de la journée d’étude sur le massacre de Nankin. Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Deux notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature, ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre ». Celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie.

À partir de ces deux notions, nous poursuivrons notre réflexion autour de quatre problématiques :

  • la question de savoir si la mise en récits et la mise en scène des traces de guerre a une valeur réparatrice, cathartique ou non.
  • la question de la dimension sexuée de ces traces et de leurs éventuelles réparations, aussi bien du point de vue des individus, en particulier des enfants (4 séances sont consacrées à cette question), des groupes, que des rapports entre nations d’après conflit.
  • la question de la prise en compte par le droit pénal international des crimes liés aux guerres et les effets des procès sur les imaginaires de guerre et de paix,
  • la question des enjeux, des difficultés et des conditions politiques et socio-culturelles/sociétales de la réconciliation.

Une journée d’étude sera consacrée aux interrogations sur le devenir du site d’Auschwitz.

Validation du séminaire

Une fiche de lecture et un compte rendu de séminaire par semestre, à rendre sous forme papier à Maryvonne Le Puloch. La fiche de lecture peut être réalisée à partir d’un livre, d’un film ou d’une exposition choisis par l’étudiant après accord des enseignants. Une liste indicative sera distribuée. Dates impératives de remise des fiches et compte rendus :
1er semestre : janvier 2010
2e semestre : mai 2010

Calendrier

  • 15 octobre 2009
  • 22 octobre 2009
  • 5 novembre 2009
  • 26 novembre 2009
  • 3 décembre 2009
  • 17 décembre 2009
  • 7 janvier 2010
  • 4 février 2010
  • 11 février 2010
  • 4 mars 2010
  • 11 mars 2010
  • 23 mars 2010
  • 25 mars 2010
  • 1er avril
  • 8 avril 2010
  • 6 mai 2010
  • 20 mai 2010


Année 2008-2009

Compte rendu scientifique (en PDF) du voyage d’études à Berlin, du 8 au 11 juin 2009 « Traces urbaines des conflits »
Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation

Séminaire d’enseignement et de recherche
Dans le cadre du programme formation-recherche « Traces de guerre, mémoire et réconciliation » soutenu par le CIERA

Programme 2008-2009

Le mercredi de 18h à 20h

Responsables : Corine Defrance (corine.defrance@wanadoo.fr), Robert Frank (Robert.Frank@univ-paris1.fr), Maryvonne Le Puloch (lepulochniv-paris1.fr), Fabrice Virgili (virgili@univ-paris1.fr), Annette Wieviorka (annette.wieviorka@wanadoo.fr) et Eva Weil psychanalyste, (evaweil@gmail.com).

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603

Quelles sont les voies possibles d’un vivre ensemble, voire d’une réconciliation quand un conflit – guerre mondiale, guerre entre deux nations, guerre civile – a opposé dans la violence des populations ? Est-il possible de (re)vivre ensemble ? L’après génocide peut-il être assimilé à une sortie de guerre ? Quelles sont les traces laissées par ces conflits et comment peut-on les étudier ?
Notre séminaire interroge les voies multiples qui ont été choisies au cours du XXe siècle pour mettre fin aux conflits et parfois assurer la réconciliation entre populations ou entre nations (procès ; réparations, « repentances »...).
Ce séminaire poursuit donc une réflexion engagée l’année passée, notamment lors de la journée d’étude sur le massacre de Nankin. Il est interdisciplinaire (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; il ambitionne la comparaison internationale. Deux notions essentielles sont utilisées, explicitées et approfondies. Celle de traces de guerre d’abord – traces psychiques comme traces matérielles ; traces individuelles qui s’expriment notamment dans la littérature, ou traces collectives par exemple par le biais de la commémoration ou de l’érection de mémoriaux. Cette notion a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre ». Celle de réparations, ensuite, terme dont nous continuerons à décliner la polysémie.

À partir de ces deux notions, nous poursuivrons notre réflexion autour de quatre problématiques :
– la question de savoir si la mise en récits et la mise en scène des traces de guerre a une valeur réparatrice, cathartique ou non.
– la question de la dimension sexuée de ces traces et de leurs éventuelles réparations, aussi bien du point de vue des individus, des groupes, que des rapports entre nations d’après conflit.
– la question de la prise en compte par le droit pénal international des crimes liés aux guerres et les effets des procès sur les imaginaires de guerre et de paix.
– la question des enjeux, des difficultés et des conditions politiques et socio-culturelles/sociétales de la réconciliation.
Plusieurs séances sont consacrées cette année aux traces laissées par les deux guerres mondiales et la guerre froide à Berlin où auront lieu au mois de juin 2009 trois journées d’étude.

Validation du séminaire
1 fiche de lecture et un compte rendu de séminaire par semestre, à rendre sous forme papier à Maryvonne Le Puloch (lepuloch@univ-paris1.fr). La fiche de lecture peut être réalisée à partir d’un livre, d’un film ou d’une exposition choisis par l’étudiant après accord des enseignants.Une liste indicative sera distribuée.
Dates impératives de remise des fiches et compte rendus :

1er semestre : 14 janvier
2e semestre : 13 mai

15 octobre 2008
Antoine Garapon
Présentation de son ouvrage : Peut-on réparer l’histoire ? (Odile Jacob, 2008)

22 octobre 2008
Anne Simonin (UMR IRICE)
Qu’est-ce que le regard du juge apporte à l’historien ? L’exemple de l’indignité nationale

29 octobre 2008
Valérie Pouzol
Blessures de l’intime : traumatismes de guerres et vie de couple en Israël (1973-2003)

12 novembre 2008
Deena Harris (psychiatre à Columbia University N.Y.)
Un groupe narratif réunissant descendants de nazis et descendants de survivants de la Shoah : aspects psychanalytiques de 15 ans de fonctionnement

26 novembre 2008
Sabine Dullin (université Paris 1)
Traces du communisme et mémoires parallèles dans la zone frontière de Transcarpatie (Ukraine, Pologne, Slovaquie, Hongrie)

3 décembre 2008 : attention horaire et lieu modifiés : 16 h, Inathèque de France, site François-Mitterrand de la BNF (rez-de-jardin), Quai François-Mauriac, 75706 Paris Cedex 13 Visite de l’Inathèque
17 décembre 2008
Fabrice Virgili et Annette Wieviorka (UMR IRICE)
À propos du colloque « La Seconde Guerre mondiale en Europe et en Asie : Mémoire et réconciliation »,
6-9 novembre 2008, Université de Nanda, Nankin

7 janvier 2009
Travaux d’étudiants

14 janvier 2009
Jürgen Ritte (université Paris 3)
Présenté par Claude Mouchard
Histoire, littérature et traces de guerre. Un « journal intime collectif » de la Seconde Guerre mondiale : Echolot de Walter Kempowski

11 février 2009
Annette Wieviorka (UMR IRICE)
Cambodge (procès des dirigeants Khmers rouges)  : titre à préciser

18 février 2009
Julien Seroussi (ATER université Paris 4)
La cause de la compétence universelle des juges nationaux : l’implosion d’une mobilisation collective internationale

4 mars 2009
Richard Rechtman
À propos de son livre : L’Empire du traumatisme, Flammarion, 2007 (en collaboration avec Didier Fassin)

18 mars 2009
Antonin Tisseron (doctorant Paris 1)
La France et le procès de Nuremberg
et Régis Schlagdenhauffen (doctorant Paris 1)
Mémoire de la déportation des homosexuels France-Allemagne-Pays-Bas

1er avril 2009
Claudia Moisel
L’accord franco-allemand de 1960 au sujet de l’indemnisation des victimes du nazisme

8 avril 2009
Étienne François
Les lieux de mémoire à Berlin

29 avril 2009
Eva Simonsen (université d’Oslo)
« Les enfants de Boche » en Norvège : mémoire et réconciliation

13 mai 2009
Fabrice Virgili (UMR IRICE)
À propos du colloque « Les viols en temps de guerre : une histoire à écrire »

27 mai 2009
Bilan du séminaire




Année 2007-2008

Traces de guerre, réparations et enjeux de réconciliation

Séminaire d’enseignement et de recherche

Programme 2007-2008

Le mercredi de 18h à 20h

Responsables : Anne Couderc, Corine Defrance, Robert Frank, Maryvonne Le Puloch, Hugues Tertrais, Fabrice Virgili, Annette Wieviorka et Eva Weil (psychanalyste).

Lieu : Institut Pierre Renouvin, 1 rue Victor Cousin, Galerie J. B. Dumas, escalier L, 1er étage, salle F 603

Ce projet général se propose d’étudier le vivre ensemble entre grands ennemis après les conflits qui les déchirent. La gestion des nombreuses traces de guerre que ceux-ci ont laissées pose de multiples problèmes qu’il convient d’analyser, afin de développer une réflexion sur les voies possibles de la réconciliation entre populations ou nations. L’actualité, en effet, impose une telle étude, tant les situations post-conflictuelles dangereuses se sont multipliées en ce début de XXIe siècle, et elle incite à étudier les expériences présentes à la lumière de celles du passé récent, celles du XXe siècle.
Le séminaire vise trois objectifs : l’interdisciplinarité (l’histoire, mais aussi l’anthropologie, la psychanalyse, le droit, la littérature, le cinéma…) ; la volonté de comparaison internationale, et ce à l’échelle mondiale et non seulement à celle de l’Europe. Deux notions essentielles seront utilisées, explicitées et approfondies : celle de traces de guerre, qui a l’avantage de permettre le dépassement des historiographies actuelles, devenues maintenant classiques, de « la mémoire des guerres » et des « violences de guerre » ; celle de réparations, terme dont il sera intéressant de décliner la polysémie. À partir de ces deux notions, quatre problématiques seront abordées :
– la question de savoir si la mise en récits et la mise en scène des traces de guerre a une valeur réparatrice, cathartique ou non.
– la question de la dimension sexuée de ces traces et de leurs éventuelles réparations, aussi bien du point de vue des individus, des groupes, que des rapports entre nations d’après conflit.
– la question de la prise en compte par le droit pénal international des crimes liés aux guerres et les effets de ces changements sur les imaginaires de guerre et de paix.
– la question des enjeux, des difficultés et des conditions politiques et socio-culturelles/sociétales de la réconciliation.

10 octobre 2007
Présentation du séminaire pluridisciplinaire histoire et psychanalyse

17 octobre 2007
Sylvie Rollet (Paris III)
Le projet de Bophana (Cambodge)

24 octobre 2007
Annette Wieviorka (UMR IRICE)
Archives et réparations : l’exemple de la mission Mattéoli

7 novembre 2007
Fabrice Virgili (UMR IRICE, commissaire de l’exposition)
Autour de l’exposition « Amour, guerre et sexualité, 1914-1945 », musée de l’armée, musée d’histoire contemporaine, Hôtel national des Invalides

21 novembre 2007
Corine Defrance (UMR IRICE)
Les jumelages franco-allemands : une invention de l’après-guerre

5 décembre 2007
Yolanda Gampel (Université de Tel Aviv) et Eva Weil (IRICE et SPP)
La narrativité du trauma

Vendredi 14 décembre

Journée d’étude : le massacre de Nankin. Cf. Programme de la Journée


19 décembre 2007
Max Zins (CERI)
Inde-Pakistan. Divorce de longue durée et traumatismes induits : une réconciliation est-elle aujourd’hui sérieusement envisageable ?

9 janvier 2008
Raphaëlle Branche (Paris I) et Daho Djerbal (Université d’Alger- Bouzaréah)
Les enjeux de mémoire de l’écriture de la guerre d’Algérie.

6 février 2008
Caroline Fournet (University of Exeter UK)
Autour de son ouvrage The Crime of Destruction and the Law of Genocide. Their Impact on Collective Memory (Ashgate, Burlington USA, 2007)

13 février 2008
Sylvie Lindeperg (Paris III)
Les archives filmées


20 février 2008
Dr Naasson Munyandamutsa, psychiatre
Le Rwanda

12 mars 2008
Claude Mouchard
Autour de son ouvrage Qui si je criais… ? Œuvres-témoignages dans les tourmentes du XXe siècle (éditions Laurence Trepper)

26 mars 2008
Luc Capdevila (Rennes 2)
De la guerre de la triple alliance au Mercosur, le Paraguay et ses voisins, 1864-1991

9 avril 2008
Pieter Lagrou (ULB Bruxelles)
La place des victimes au tribunal, de Nuremberg à Arusha

16 avril 2008
Anne Couderc (Ecole française d’Athènes et IRICE) et Alexandre Toumarkine (Institut français d’Istamboul)
Mémoire du conflit gréco-turc et réconciliation

7 mai 2008
Conclusions du séminaire par Robert Frank et Eva Weil



Liste de diffusion

À noter

Assemblée générale UMR SIRICE 2017

AG UMR SIRICE s’est tenue le Jeudi 19 Janvier 2017 de 10h à 12h30 Maison de la (...)

Séminaire SIRICE 2016-2017

Depuis le 15 septembre 2015, le nom de l’UMR Irice évolue en UMR SIRICE (Sorbonne-IRICE) (...)